Voyage en Albanie

Voyage en Albanie

 Dimanche 06 juillet 2014 :

Trajet matinal au départ d’Ajaccio pour rejoindre le bateau au port de Bastia… Départ sans soucis malgré les manifestations des grévistes de la SNCM. Nous arrivons à Livourne en fin d’après midi et partons aussitôt en direction de Bari avec quelques 800 km d’asphaltes ! Comme toujours les galères nous rattrapent

 

le fusible de l’allume cigare vient de lâcher

 

… Pas grave me direz vous !!!! Sauf qu’après une heure de recherches, impossible de mettre la main sur ce maudit fusible !!!! Rien dans la boite à fusibles du tableau de bord, rien dans celle dans le local moteur !!! et là c’est grave… Pas d’allume cigare, c’est pas de GPS pas de glacière, pas recharge de téléphone et autres … On décide de remettre ça à demain et de passer dans un garage VW à Rome… En attendant nuit un peu bruyante sur l’autoroute…

 Ma puce...

Lundi 07 juillet :

Premier garage VW ne fait pas les combis… Direction un deuxième garage qui nous fait patienter longuement …. Ça commence à être tendu pour le bateau du soir à Bari… Du coup, on fouine sur le net et on découvre que ce maudit fusible se cache … Sous le siège conducteur…. 5 mn de réparation et les Trappeurs sont de nouveau opérationnels !!!!

Le trajet pour Bari, sur autoroute, ne pose pas de problème pour le Magik Bus ! Arrivés à 19h30 à Bari, nous patientons jusqu’à 22h30 avant d’embarquer …. Puis douches et dodo en cabine… Les castors sont raides !

 

20140708-175324-64404667.jpg
Départ du Port de Bari

Mardi 08 Juillet :

Arrivés à 8h00, nous franchissons sans encombre les différentes formalités d’entrée sur le territoire albanais. Première mission trouver un D.A.B… Histoire de retirer 150 000 leks putain ça fait flipper ! Après trois tentatives… On réussit à retirer péniblement 25 000 leks (un peu plus de 200 euros). Deuxième mission trouver le camping… Coordonnés GPS entrées dieu merci car ici c’est le choc culturel garanti !

20140708-175841-64721580.jpg

 

Les BMW et Porsche Cayenne côtoient les charrettes à mules et les motos centenaires à trois roues !!!

 

Les bâtiments neufs jouxtent les constructions en ruines… On voulait être dépaysés et bien là c’est fait. Notre camping est situé à l’arrière d’un hôtel dans une petite pinède à quelques dizaines de mètres de la plage… Confort minimaliste mais ça va le faire ! Après midi à la plage, location de pédalo (3 euros) et casse croûte (4 menus …8euros à quatre!!)

 09 juillet 2014

Après avoir plié notre matos, nous partons pour la visite de Durrës. Nous nous retrouvons à nouveau dans une circulation dense et hétéroclite. En un instant, nous passons d’un quartier populaire à un quartier plus aisé. La différence de tenue vestimentaire et le changement de gamme des véhicules sont flagrant. Nous nous stationnons non loin du centre historique et partons à la visite de l’amphithéâtre et des remparts. Après une pause café, nous goutons pour la première fois le Byrek, feuilleté au fromage., très bon et vraiment pas cher.

Nous quittons Durrës en passant devant le palais du roi Zog à l’abandon, perché sur les hauteurs de la ville.

Nous perdons quelques minutes pour partir à la recherche d’un tissus moustiquaire afin de calfeutrer les vitres latérales du VW car la dernière nuit a été particulièrement pénible dans le camping infeté de ces sales bêtes ! Nous trouvons finalement notre bonheur chez un vendeur de centre qui accepte de nous céder pour quelques leks une chute de moustiquaire. Nous finissons la journée au camping de PAEMER doté d’une petite île et agrémenté de chaises longues.

 

20140712-203808.jpg
Camping de PAEMER doté d’une petite île et agrémenté de chaises longues
20140712-203823.jpg
Lagune Karavasta

Direction Ardinicà et son monastère du Xeme siècle perché sur une colline. Nous bénissons une nouvelle fois notre GPS car les panneaux se font rares. Nous sommes accueillis par un guide sympathique qui nous accompagne durant la visite. Les bâtiments sont en parfait et des fresques magnifiques ornes l’église. Nous laissons un pourboire à notre hôte car la visite est visiblement gratuite.

10juillet

Nous quittons le camping pour aller à la lagune Karavasta, et nous décidons de partir à la recherche des pélicans frisés qui vivent en ces lieux, en empruntant une minuscule piste qui encercle la lagune… Finalement pas de pélican en vue… Mais de jolis paysages.

20140712-203223.jpg
Ardinicà et son monastère du Xeme siècle perché sur une colline

 

20140712-203838.jpg
Site d’Apollonia d’Yllirie – Monastère

 

Après avoir pris le temps de manger un bout à l’ombre d’un cyprès, nous partons vers le site d’Apollonia d’Yllirie. Construit sur un plateau, ce site accueille le plus grand parc archéologique du pays sur une surface de 80 hectares peuplé dès 600 avant JC par des colons grecs.

Nous commençons notre visite par le monastère du XIIeme s. Un petit musée expose les différentes trouvailles réalisées sur le site. C’est un archéologue français Léon REY qui a le premier fouillé ce site au début du XXeme siècle.

 

Il fallut attendre l’occupation autrichienne de la région de 1916 à 1918 pour que débute, sommairement, les premières fouilles du site. Elles furent réellement entreprises par une équipe française, dirigée par l’archéologue Léon Rey, entre 1924 et 1938.

 

Nous poursuivons notre visite en direction de la partie antique où les préparations d’un spectacle gâche un peu la pureté des lieux. On prend tout de même le temps de manger une glace sous les oliviers séculaires.

L’extrémité nord du plateau conserve les stigmates de la guerre avec ces bunkers. C’est l’occasion d’explorer tout un réseau de galeries qui relient les différents points stratégiques et de faire la rencontre d’une famille de chauve souris qui nous fait rebrousser chemin en quatrième vitesse !!!

20140712-203916.jpg
Bord de mer, près d’Apollonia

Après avoir vainement cherché un bivouac en bord de mer, nous revenons sur le site d’Apollonia pour y passer le nuit. Douche en plein air, avec une vue inestimable.

 

Rencontre d’une famille de chauve souris qui nous fait rebrousser chemin en quatrième vitesse

 

 

20140712-203901.jpg
Souterrains d’anciens bunkers

 11 juillet

Nous prenons la route de Berat, la cité aux mille fenêtres. La route, en cours de rénovation, est particulièrement mauvaise. En chemin, nous découvrons plusieurs sites pétroliers…plusieurs derricks pompent sans relâche l’or noir dans une odeur fétide…
À Berat, nous nous stationnons en ville et partons à l’assaut de la citadelle construite sur une colline qui surplombe la rivière Ossum. Nous parcourons les superbes ruelles médiévales pour visiter les différents sites présents (les églises, mosquées, le château, la citerne, les portes). Sur les conseils (avisés) du petit futé, nous déjeunons au restaurant Onufri où nous sommes très gentillement accueillis. Notre hôtesse nous propose un assortiment de plats typiques albanais arrosés de vins de pays. Pour les enfants, poulet et riz font l’affaire et régalent nos castors. Nous nous délectons des poivrons, courgettes, aubergines farcis, de Byrek, d’haricots blanc… Nous terminons ce repas gargantuesque par un succulent gâteau et tout ça pour la modique somme de 17 euros pour toute la famille… La vieille ville de Berat vaut vraiment le détour et serait très certainement dans les prochaines années un site majeur du tourisme albanais… Pour l’instant, il fait la joie des quelques touristes précurseurs…

 

20140712-203948.jpg
Ville de BERAT

 

20140712-204006.jpg
Bivouac à Billys

 

Nous quittons Berat pour nous rendre à Byllis. Il s’agit d’une cite illyrienne fondée au IV ème siècle avant notre ère. Il y subsiste les vestiges d’un théâtre, d’un stadium, de thermes et de plusieurs basiliques. Nous arrivons au coucher du soleil. La lumière est magnifique ! Impossible de résister à la visite et aux photos ! Des splendides mosaïques ont été découvertes mais sont malheureusement protégées dans l’attente d’un aménagement futur du site. Nous sommes seuls au monde au milieu de ces vestiges, enfin presque, les bergers locaux profitent des herbes hautes pour faire pâturer leurs troupeaux… Nous faisons la connaissance du gardien qui nous autorise à passer la nuit sur place et à nous faire profiter des sanitaires du site. incroyable comme les gens sont gentils. La journée se termine sous un magnifique couché de soleil qui donne aux pierres millénaires une merveilleuse couleur orangée…

12 juillet

Le gardien nous rejoints au petit déjeuner et nous fumons une cigarette ensemble et échangeant quelques mots… Une fois de plus, nous sommes frustrés par la barrière de langue mais qu’importe on a pas forcément besoin de mots pour se comprendre ….

Sur les conseils de notre ami, nous empruntons un raccourci et plongeons dans la vallée pour rejoindre l’autostrada… Comme souvent, la route est presque totalement dépourvue de goudron et nous zigzaguons entre les trous pour nous frayer un passage !!!

20140719-145053.jpg

Pour rejoindre le monastère Ste Marie bâti sur l’ile de Zvernec, nous empruntons une petite passerelle de bois… Image magnifique de ce lieu isolé… Puis nous filons nous restaurer sur une plage voisine et c’est l’occasion pour nos castors de piquer une petite tête dans l’eau limpide…
Puis nous gagnons Vlora et entrons dans le parc de Llogara, véritable montagne dans la mer… Nous empruntons pour acheter en bord de route de l’origan sauvage séché. On l’a testé avec des frites, succulent !
En redescendant du col, nous découvrons « la riviera albanaise », petit paradis plages magnifiques…
Du coup, on ne résiste pas à plonger dedans, peu avant Dhermi puis gagnons un camping à Himarë.
N’ayant pas de wifi au camping, nous partons à la recherche du fameux signal ! Finalement il y a bien un réseau pour se connecter mais il faut envoyer un SMS et ça ne marche pas avec notre opérateur français. Un gentille serveuse d’un bar de plage nous propose gentillement d’envoyer le SMS avec son téléphone et nous fournit le code nécessaire pour se connecter. Preuve, une nouvelle fois, de la gentillesse des albanais.

13 juillet
Nous décidons d’aller jeter un œil de la plage de Gjide, uniquement accessible après 30mn de marche ou alors avec un solide 4×4 tant la piste est défoncée… La plage se trouve au débouché d’un canyon. L’eau y est superbe. Le top, quoi.
Nous déjeunons un peu plus tard à l’ombre d’oliviers et poursuivons la route de la riviera. À porto Palermo, nous découvrons une ancienne base de sous marin dont le tunnel construit sous la montagne mesure plus d’un kilomètre.
Nous voulions nous baigner à la plage de Kakomes, malheureusement l’accès y est désormais interdit… Les boules… On en profite pour jeter un œil au monastère du même nom isolé dans la nature dont les fresques sont magnifiques. L’accès y est libre, personne à l’horizon…

20140719-145120.jpg

Après avoir pas mal galéré pour trouver un bivouac (camping de Ksamil, bien rempli…) et nous échouons en bordure d’une plage isolée du village. Le restaurateur présent nous autorise à y passer la nuit… Du coup, on mange chez lui de succulents poissons grillés !

20140719-145132.jpg

14 juillet
Baignade, baignade, baignade… Nous louons un pédalo à Kasmil pour partir à la découverte des quatre îlots voisins et faire quelques plongeons !!!

15 juillet

Après avoir passé la nuit sur les hauteurs d’une petite plage et face à l’île grecque de Corfou, nous partons visiter le site de Butrint.
Nous sommes d’emblée frappés par la différence par rapport aux autres sites touristiques. Plusieurs dizaines de touristes sont présents véhiculés en bus… Peut être viennent ils de la Grèce voisine pour une excursion albanaise ? Aucune idée… En tout cas, l’accès au site est payant et il faut franchir des barrières rotatives pour entrer. Immersion dans le tourisme de masse (enfin presque, faut pas exagérer quand même …)
Le fascicule fourni permet de se repérer aisément dans le parc où les vestiges historiques sont bien conservés. Un petit musée reprend une partie des découvertes faites sur le site.
Nous repartons de Butrint en empruntant un vieux bac qui permet de traverser la rivière tiré par un câble, juste pour rire car ce n’est pas vraiment notre route…

20140719-145150.jpg

Puis nous filons jusqu’au monastère de Mesopotam bâti sur une petite colline, malheureusement l’accès est clos. Nous y rencontrons un couple de français en vacances.

La pluie faisant son apparition, nous en profitons pour manger un bout avant de partir voire la curiosité naturelle de Siri i kaltër. Sur le dernier kilomètre, nous rencontrons de nouveau le couple de français.
Il s’agit d’une source souterraine dont la profondeur atteint 45 mètres qui en remontant à la surface provoque de mystérieux remous dans un couleur bleu-vert magnifique.

20140719-145159.jpg

Nous repartons en direction de Gjirokaster et la vallée du Drinos. Les lieux sont absolument magnifiques. La vallée est impressionnante encadrée de montagnes. Nous approchons de l’heure du bivouac et décidons de tenter notre chance aux abords du site de l’antique ville d’Antigone. La route, désormais goudronnée, nous emmène sur le flanc de la vallée d’où nous jouissons d’un superbe panorama. un parking d’une capacité impressionnante vient d’être achevé … Mais il n’y a personne à la ronde… Une chose est sûre, l’Albanie est prête pour accueillir les touristes !!! Nous posons notre bus dans un petit champ avoisinant… Superbe…

20140719-145215.jpg

16 juillet

Nous partons à l’assault du site antique. Le site est visiblement payant et des audios guides devraient être disponibles… Mais il n’y a personne…Plusieurs panneaux permettent de mieux visiter les lieux. La ville d’Antigone a été fondée en 318 et 272av.JC et fut détruite en 167 av. JC. Elle ne sera redécouverte qu’en 1913. Les vestiges ne sont pas nombreux et ne permettent pas de se rendre compte de la grandeur passée de cette ville mais rien que la vue vaut le détour. Les paysages qui nous entourent sont magnifiques avec une vue à 360°. Au loin, nous pouvons admirer la ville de Gjirokaster bâtie sur le flanc opposé de la vallée.

20140719-145226.jpg

Après avoir fini littéralement bloqué dans une ruelle médiévale de Gjirokaster… faute de hauteur et largeur disponibles… Nous finissons par nous garer en contrebas de la citadelle. Le long des remparts, nous rencontrons un vieil homme allongé dans l’herbe. Il nous salue et comprend rapidement que nous sommes français. Il se dresse en un instant et se présente dans un français excellent … Normal, il s’agit d’un professeur de français à la retraite. Il nous décrit rapidement sa vie tout en regrettant de ne jamais avoir pu visiter la France dont il admire la culture. Il connaît quasiment par cœur l’encyclopédie Larousse de 1970, qui lui a été offerte par des confrères français. Dépourvu d’Internet, cela semble être son seul livre de chevet… Nous prenons son adresse en se promettant de lui envoyer un bouquin sur notre pays à notre retour. Interrogé sur la situation en Albanie, il se montre particulièrement hostile à la population majoritairement musulmane.Fervent pratiquement chrétien orthodoxe, il souhaite que l’Albanie rejoigne la communauté européenne. Nous comprenons que la place de la religion est malheureusement fort présente dans le pays et pourrait peut être conduire à de nouveaux conflits…
La visite de la citadelle permet de jouir d’un excellent panorama sur la vallée. (200 leks l’entrée et 1000 leks de plus si vous voulez faire des photos !). Un musée installé dans les fortifications montre les différents types de canon et DCA utilisés pour les conflits du XXème siècle. Il y a même un avion américain décrit comme avion-espion alors qu’il a été contraint de se poser en territoire albanais en 1957 suite à un problème technique.

20140719-145231.jpg

Nous quittons Gjirokaster en prenant le temps de piquer une tête rapide dans la rivière Drinos.

La route nous conduit vers TEPELENA, KELCYRE, PERMET, LESKOVIC dans l’extrême sud de l’Albanie. Les paysages se font plus montagneux. Les villes se font rares et les villages sont isolés. Le revêtement de la chaussée est vraiment pas terrible… Par moment, nous croisons une Mamie assise sur un caillou attendant le bus. C’est le moyen de transport le plus économique pour ces population isolées. En arrivant vers le ferme de Sotira, les paysages changent, les reliefs s’aplatissent, les forêts apparaissent, les champs de blés brillent sous la lumière du soir.

20140719-145242.jpg

Nous nous laissons finalement tenter par un hébergement en petit chalet de bois… Pour 25 euros à quatre, petit dej compris…
Le restaurant ne sert que des produits extra frais et bien souvent fait maison… Du coup, on mange des truites grillées pêchées devant les yeux ébahis des enfants dans les immenses bassins de la ferme.

17 juillet

Après un délicieux petit dej, nous reprenons la route pour Korçë où l’on mangera rapidement quelques crêpes avant de poursuivre jusqu’au village de Voskopoja. Il fut jadis l’une des villes les plus importantes des Balkans, comptant jusqu’à 40 000 habitants et 24 édifices religieux. Aujourd’hui, il ne compte plus que 500 âmes et seuls subsistent que cinq églises et un monastère…
Nous prenons le temps de visiter les lieux en parcourant les ruelles encore pavées avant de s’installer sur les hauteurs pour la nuit.

20140719-145255.jpg

20140719-185559.jpg

18 juillet

Nous retrouvons Korçë en pensant que c’est pour la dernière fois… Pourtant au bout de quelques kilomètres après avoir fait le plein d’essence de mystérieux voyants clignotent sur le tableau de bord du VW… Quelques minutes plus tard, la puissance moteur est réduite par deux… Une consultation de la notice du véhicule nous prescrit de rejoindre au plus vite un agent VW suite à un problème de gestion moteur… Vive la modernité !!!
Nous retournons donc à Korçë, mais point de garage VW. Sur les indications des habitants, nous allons au garage « Costa ». Le patron nous reçoit et nous gratifie d’un « no problem ». Le bus entre dans le garage pour un diagnostic moteur… Résultat : sonde EGR encrassée due à la mauvaise qualité du diesel albanais… Il remet le système à jour, nous prescrit l’utilisation d’un additif nettoyant moteur et nous assure que nous pouvons poursuivre notre voyage !!! Coût de l’intervention 7 euros, le prix de l’additif, rien pour le diagnostic… Incroyable !!! Avec le sourire, le patron nous laisse sa carte de visite pour l’appeler en cas de problème … Nous lui laissons de quoi boire une bière avec ses collègues et repartons vers le Lac de Prespa.

Le lac de Prespa est placé au cœur d’un parc naturel qui regroupe, la Grèce, l’Albanie et la Macédoine…

20140719-185614.jpg

Nous poursuivons notre route vers le lac d’OHRID en franchissant la frontière Macédonienne pour traverser le parc national de Galicia. Nous échouons dans un petit camping sur les berges du l’immense lac d’Ohrid.

Formé il y a quatre millions d’années, le lac d’Ohrid se déverse dans l’adriatique par le Drin noir et se trouve a cheval entre la Macédoine et l’Albanie. Il est l’un des plus vieux d’Europe et couvre une superficie de 358 km². Par endroit sa profondeur peut atteindre jusqu’à 300 mètres.

N’ayant pas de monnaie locale… Nous réglons en Euros (14euros) et nous recevons en monnaie macédonienne le restant de notre billet de 20 euros… Ne sachant pas quoi faire avec, nous filons au marketing du camping pour acheter du pain et une bouteille de vin (logique)… Malheureusement le total dépasse de quelques centimes (équivalent en euros) notre monnaie… Le client derrière incite pour notre régler la différence et nous offre même une bière en plus ! Vraiment les gens sont sympas !!!

Ensuite, nous partons profiter de la plage et des eaux limpides du lac.

20140719-185628.jpg

20140719-185641.jpg

19 juillet

Direction, Ohrid pour faire un tour en centre ville et surtout se rendre à la chapelle St. Jean de Kaneo, la plus célèbre de Macédoine. Elle a été construite vers le XIIIeme siècle sur un promontoire rocheux qui domine le lac Ohrid. Nous faisons l’aller à pied et le retour en bateau ou plutôt en petite barque poussée par un moteur de 4cv… Vraiment joli de naviguer sur ce lac. Depuis le temps que je le regardais sur Google earth !!! On y est !!!

20140725-111943.jpg

Après voir déjeuner sur le port, nous poursuivons le tour du lac pour revenir passer la nuit dans un camping en Albanie et profiter une dernière fois de la baignade.

20140725-112006.jpg

20 juillet

Journée de liaison pour rejoindre Elbasan où nous flânons le temps d’un repas et pour un bref passage dans l’enceinte de l’ancien complexe métallurgique de la ville, pour finalement rejoindre Skodra via Tirana. Nous nous stationnons au camping Skodra lake resort, le plus moderne depuis le début du périple (17 euros la nuit). Il est implanté sur les berges du lac de Skodra. Nous déjeunons au resto en regardant le soleil se coucher sur le lac.

20140725-112026.jpg

Le lendemain, nous partirons vers le parc national de Teth, en espérant pouvoir rejoindre le village éponyme, si la route le permet…

21 juillet

À Borgë, la route goudronnée se termine et nous continuons sur une piste en cours de bitumage… Sur le trajet, nous questionnons plusieurs personnes sur l’etat de la,route. Elles nous indiquent qu’une fois arrivés au Col qui surplombe Teth, la route n’est plus praticable pour notre véhicule.
Au col, nous questionnons le conducteur d’un véhicule 4×4 qui nous le confirme également. Nous décidons donc de nous poser un instant à l’auberge installée au col, histoire de boire un coup, de faire le point et de profiter du magnifique panorama sur les montagnes environnantes…

Le patron du resto, prénommé Perek, se propose de nous conduire en 4×4 à Teth et de nous ramener après deux heures de stop sur place pour la somme totale de 40 euros. Réflexion faite, on accepte et nous montons avec Perek et sa fille Diana (qui lui sert de traductrice d’anglais basique), à bord de son Mistsubishi Pajero long et débutons la descente vers Teth… Dès le début, notre chauffeur fait le signe de croix alors que nous longeons le précipice et constatons la présence de stèles rappelant que la piste peut être dangereuse … Oups… Pas rassurés… La piste est en grande partie carrossable mais quelques passages nécessites un véhicule un peu haut sur pattes. Après 17km de tangages, nous parvenons, secoués comme des pruniers, au village de Teth implanté, solitaire, au fond de la vallée. Le paysage alpin est grandiose mais le village en lui même nous déçoit un peu. Nous nous demandons bien ce que nous allons faire pendant deux heures, ce délai étant un peu short pour partir faire une vraie rando surtout à 14h ! Un panneau indique « Siri i Kalter ». D’expérience, nous comprenons qu’il s’agit d’un « œil bleu ». Autrement dit une magnifique résurgence bleutée. Notre guide se propose de nous emmener, après s’être renseigné par téléphone sur la distance, pour un surcoût de 10 euros. Nous acceptons et nous voilà partis sur la piste, bien plus mauvaise, qui quitte Teth en direction du sud… Avec un guide qui ne connaît visiblement pas les lieux…

20140725-112044.jpg

Après une vingtaine de minutes, il sollicite l’aide d’un villageois puis d’un second … Avant de s’arrêter en bordure de route pour rappeler un ami afin de connaître la route à suivre…
On se dit que ce n’est finalement pas encore perdu ! Puisque le téléphone passe !!!

20140725-112055.jpg

Finalement après plusieurs demi tours sur cette piste défoncée, nous parvenons miraculeusement à un petit lac d’un bleu cristallin magnifique qui prend naissance au débouché d’un mini canyon. À la buvette présente, nous payons un verre à notre chauffeur et sa fille… Histoire de détendre un peu l’ambiance après cette mini galère … Un guide de montagne de l’agence Albanian Outdoor nous précise que la véritable résurgence est à une heure de randonnée. C’est malheureusement trop long pour le temps qui nous reste imparti. Il nous guide néanmoins sur les lieux actuels de ce petit canyon dont les multiples cascades se déversent dans autant de bassins et vasques naturelles. Super beau !!! Il nous fait également découvrir plusieurs fossiles d’ammonites encore bien visibles dans la roche. Même notre chauffeur et sa fille ne connaissaient pas les lieux pourtant distant que d’une dizaine de kilomètres de Teth…

20140725-112101.jpg

Après une bonne pause, nous repartons après avoir pu sympathiser avec les différentes personnes présentes malgré notre anglais (très) limité.

Le retour s’effectue sans encombre bercé par les secousses régulières de notre véhicule.
Nous arrivons au col, après plus d’une heure trente de route… Notre chauffeur Perek (et boss du resto du col) rejoint son épouse Lenë et insiste pour nous payer un verre. Nous acceptons volontiers.

Finalement par l’intermédiaire de Daniel, un cousin de la famille qui parle anglais, nous comprenons que Perek souhaite nous offrir le repas et nous accueillir pour la nuit à son domicile de Boguë (village implanté dans la vallée). Nous ne savons pas quoi répondre … Nous sommes gênés et heureux à la fois. Finalement nous acceptons bien volontiers son invitation, avides de découvrir la culture albanaise. Nous déjeunons en compagnie de Perek à son restaurant, du fromage, de la carpe fris (pêchée dans le lac de Skodra) et des condiments. Son épouse prépare également des saucisses frites pour les enfants. Nous sommes ébahies devant tant de gentillesse.

20140725-112107.jpg

Après un volley ball avec leur fille Diana, nous suivons la famille jusqu’à leur domicile en se demandant comment nous allons bien pouvoir communiquer car Diana ne parle que très peu l’anglais et les parents pas du tout…

Nous découvrons leur petite maison située dans le village dans un oasis de verdure. Un cousin du village vient à la recousse pour traduire quelques mots et nous comprenons que Lenë doit se rendre voir son frère au village. Ce dernier résidant britannique n’est là que pour la soirée.

On nous indique la salle de bains et la chambre et au bout de quelques minutes nous assistons au départ des propriétaires qui nous laissent leur demeure alors que nous nous connaissons que depuis quelques heures… Nous réalisons que nous sommes seuls dans une maison albanaise au beau milieu d’une vallée sauvage d’Albanie… Hallucinant …

Nous prenons le temps de prendre nos douches avant de voir revenir Perek qui passe finalement la soirée avec nous. Nous essayons d’en savoir un peu plus sur lui et tentant également de lui expliquer notre vie… Pas simple, il ne parle aucun mot d’anglais … Nous avons recours aux cartes de l’iPad et à nos mains pour mimer les mots qui nous font défaut… Vers 20h00, nous sommes rejoints par le cousin qui parle anglais… La conversation est plus fluide !!! Perek est originaire du village et y vit depuis toujours. il a quatre filles, deux résident en Italie, une autre est en suisse et la petite dernière Diana toujours à la maison. La vie est rude en ces lieux. L’hiver qui dure cinq mois recouvre les routes de neige. Un mètre au village de Boguë et cinq mètres au col. Quant au cousin, après deux années en tant qu’enseignant d’anglais, il vient trouver un nouveau job à la maison du parc naturel. Nous comprenons que plusieurs membres la famille sont partis à l’étranger dans l’espoir d’une vie meilleure. Ils n’ont, tous les deux, que très peu voyagé en Albanie. Nous leur faisons partager quelques images prises au cours de notre voyage. Une nouvelle fois nous comprenons que les tensions entre communauté chrétienne et musulmane sont encore fortes. Perek est un fervent catholique comme la plupart des habitants de la vallée. Ensuite, nous buvons une bière ensemble avant le retour de Lenë puis nous gagnons notre lit pour la nuit…

22 juillet

Le lendemain, nous nous levons en même temps que la famille qui doit regagner le col et leur restaurant. Perek insiste pour que l’on boive un dernier café ensemble. C’est avec plaisir que nous buvons ensemble un excellent café turc … Baptisé d’un grand verre de Racki… Nous n’avions jamais testé un verre d’alcool fort à 7 heures du mat’ au petit déj’… Ça c’est fait !!!

20140725-112112.jpg

Nous remercions plusieurs fois nos amis albanais en leur promettant de leur envoyer quelques photos à notre retour en Corse. Nous sommes un peu frustrés de n’avoir aucun présent de France à leur laisser … Nous n’oublierons jamais l’hospitalité et la gentillesse dont ils ont fait preuve à notre égard. Ça fait franchement réfléchir sur notre société …en aurions-nous fait autant ?

La matinée est consacrée à la visite de la citadelle de Skodra d’où la vue est magnifique sur les paysages alentours. Anne Cécile en profite pour acheter deux bagues en argent…

En fin de matinée, nous rejoignons le lac de … Et sur les conseils d’un vendeur de Skodra, nous nous arrêtons au restaurant Perla. Il est merveilleusement situé sur les berges de la retenue d’eau. Les paysages nous rappèlent les gorges du verdon. Ce restaurant à l’air « standing » mais les prix sont tout à fait raisonnables. Du coup, nous en profitons pour manger deux belles truites grillées avec salades grecques et légumes braisés tandis que les enfants se régalent des pâtes à la carbonara.

Une petite plage permet aux enfants de se baigner et aux parentes de digérer…
Nous reprenons la route pour gagner Koman, modeste groupe de maisons implanté au pied du barrage, vraiment pas terrible. Nous poursuivons jusqu’à l’embarcadère après avoir franchi un tunnel et constaté la présence de gardes armés de mitraillette qui gardent le site hydrolique. Et là… C’est le choc… Le tunnel débouche directement sur le petit parking de l’embarcadère… Les gens au visages fermés nous regardent sans saveur. Tout est vieux… Le temps semble s’être arrêté ici … Cela nous rappelle une scène mémorable du film « la rivière sauvage ». Il ne manque plus que le gamin au banjo !

Finalement une charmante hôtesse vient à notre rencontre et nous indique les modalités des transports fluviaux. En fait, il n’y a plus de ferries et nous comprenons que la route s’arrête là pour notre VW… Il n’existe plus que des bateaux de transport de personnes. Elle nous propose un forfait à 15euros sur la journée, départ de Koman le matin, repas à Fierze après avoir remonté leFierzé puis retour avec une pause baignade dans un affluent où les paysages y sont, paraît-il, magnifique… On accepte et descendons au (très) modeste camping de Koman pour la nuit… Il a été élu pire camping des vacances… Il est implanté sous le pont qui enjambe la rivière, au pied du barrage … Pfff merveilleux… De toute façon on a pas trop le choix … Et pour 7 euros la nuit…

23 juillet

Nous prenons la navette au camping qui nous monte à l’embarcadère. Cette fois, les lieux sont particulièrement animés, les passagers locaux, les chèvres, côtoient les marchandises de toutes sortes … Plusieurs bateaux sont prêts à accueillir tout ce petit monde. Il y a même un bateau dont le cabine est fait de la carcasse d’un ancien bus !

Pour notre part, nous montons à bord d’un bateau de taille moyenne et nous voilà partis pour quatre heures de navigation jusqu’à Fierzé… Plusieurs habitations sont implantées sur les hauteurs du lac, visiblement uniquement desservies par bateau. Ainsi, plusieurs embarcations font des stop réguliers pour décharger passagers et marchandises tout au long de notre remontée du lac. Nous mêmes nous assistons médusés à l’arrêt de notre bateau pour descendre un passager en costume et chaussures vernies au milieu du néant. Seule une petite sente débute au bord de l’eau et monte dans la montagne mais pour aller où ? Nous cherchons vainement une habitation sans résultat…

Finalement, nous arrivons sans encombre à Fierzé après être passés devant les deux anciens ferries accostés, sans vie, un ou deux kilomètres plus tôt. Un taxi-bus nous attend pour embarquer les passagers à destination de Bajram et la vallée de la Valbona et pour descendre ceux qui en reviennent. Nous avons une heure de pause avant le retour. Fierzé est un village sans âme de quelques habitations et ne possède qu’un seul restaurant donc le choix est vite fait ! Même si l’addition est plus élevée qu’ailleurs le repas fut bon.

À 13 heures 30, nous embarquons donc pour le trajet retour sous un ciel qui vient de se couvrir et laisser tomber quelques gouttes… Vers 16 heures 30 nous quittons l’itinéraire aller pour nous engouffrer dans la « shalah river ». Quelques minutes plus tard, la bateau accoste au pied de petite maison située près de la berge. Une jeune fille nous attend, plateau à la main, pour notre remettre quelques pancakes délicieux. Nous repartons aussitôt non sans laisser quelques vivres à cette famille isolée. Plus nous remontons la rivière plus l’eau devient bleu turquoise. Le ciel s’est dégagé entre temps. Nous arrivons finalement au terminus navigable.La rivière forme à cet endroit une petite plage de fins galets et l’eau est absolument limpide et … Glacée ! Seuls les Trappeurs goûtent à cette eau splendide mais froide… Nous en profitons pour ramasser quelques cailloux et après vingt minutes d’arrêt le bateau reprend sa route du retour.

À 18 h 30 nous arrivons à l’embarcadère du départ, un peu fatigué par cette journée de navigation. Nous saluons notre Cap’tain qui pause pour une dernière photo avec les enfants avant de prendre la navette qui nous reconduit au camping.

Malgré la fatigue, nous sommes content de cette journée qui nous a permis de voir comment les populations locales vivaient et se ravitaillaient. Il faut bien retenir que malgré les publicités il s’agit plus de bateau de transport de passager en transit que de bateau touristique.

 

Cet article a 11 commentaires

  1. Salut les trappeurs !
    A travers les photos, nous pouvons constater que vous passez de bonnes vacances. Ça à l’air d’être très beau et dépaysant.
    Continuez bien votre aventure,
    Bises à vous 4,
    Un bisou à Théo de la part de Lyloo 🙂

  2. Je vois que l’aventure est encore et toujours au rdv…
    Bon voyage à vous tous !

  3. Coucou les enfants

    Où êtes- vous ?
    On vous fait des bises

  4. Yeahhhh la trappeurs’family,
    Je vois que tout se poursuit bien en Albanie.
    The next time avec un Land, histoire d’aller au bout des chemins 😉
    Gros bisous à vous 4. Enjoy your trip!!

  5. Coucou la famille trappeur !
    Cool votre blog, on voit l’évolution de votre voyage c’est super bien ! Photos super belles et bons commentaires ! Au fait Anne-Cécile, bonne nouvelle : tu nous as promis du champagne !! Et bien tu peux l’acheter. Tes chers voisins ont déménagé ce matin ! Adieu les cris et la musique !
    Bonne continuation ! La famille Moreau vous embrasse.

  6. Trop bien le blog! On va pouvoir suivre en direct vos aventures! Passez de bonnes vacances et surtout PROFITEZ !
    Bises
    Elo

  7. Et c’est parti pour suivre vos aventures profitez un Max
    Bisous à vs et nos loulous

  8. Toujours prendre une voiture avec un allume cigare en béton !!! c’est la base de l’aventure. Bref, si tout se passe bien , c’est le principal. Un conseil, vous pouvez regarder les mules de travers mais peut être pas les loufiats en porsche….Profitez bien de votre séjour et bonne continuation.
    Ciao les Schoufs

    1. Yes !!!!! Le prochain allume cigare sera en béton !!! Genre 30 A sur batterie auxiliaire !!! Un truc de dingue !!!

  9. Salut la famille trappeur,
    J’espère que votre périple commence bien. Ce blog est un bon moyen de rester en contact avec vous et de profiter des belles photos faites par Nicolas.
    La famille ROUSSEAU vous embrasse.

    1. Pour les « Rousseau » Coucou ! Ça y est le périple en Albanie commence …
      On prend nos marques car on est bien dépaysé ici … Ouahhou …
      J espère que vos vacances se passent bien en attendant de commencer vos nouvelles aventures !!
      Gros bisous de la famille trappeur

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Fermer le menu